Méthodes de production
de microalgues2 min read

Les microalgues sont consommées depuis des milliers d’années dans le monde. En effet, des traces de consommation de diverses espèces de ces organismes unicellulaires ont été retrouvées au Mexique du temps des Aztèques. Et aujourd'hui, comment produit-on ces microalgues ?

La photosynthèse chez la microalgue

Les microalgues présentent un processus photosynthétique similaire à celui des plantes supérieures.
Elle se comporte en deux phases :

  1. Une phase photochimique durant laquelle l’énergie de la lumière, captée par les chlorophylles, est convertie en énergie chimique
  2. Une phase chimique non photo-dépendante ou cycle de Calvin. Durant cette phase, le carbone du dioxyde de carbone est assimilé, ce qui aboutit à la synthèse des composés organiques.

Ce procédé est la principale voie de transformation du carbone minéral en carbone organique en relâchant de l’oxygène dans l’atmosphère. Outre le fait de fournir toute la matière organique ainsi que l’essentiel de l’énergie utilisée par la vie sur terre, les micro-algues participent au maintien du taux d’oxygène atmosphérique.

Les systèmes de production de microalgues

Il existe 2 principales méthodes de production de micro algues :

  • En bassin ouverts
  • En photo-bio-réacteurs

Le choix entre ces méthodes varie en fonction du type de production recherchée

Les bassins

Les cultures à ciel ouvert utilisent en général des bassins en forme d’hippodrome (raceway) qui favorisent une bonne répartition des microalgues dans le milieu de culture et un bon accès à la lumière.

Ces bassins sont traditionnellement situés soit dans des zones géographiques à fort ensoleillement jouissant d’un climat tropical ou soit sous des systèmes de serres qui permettent de recréer ce climat. La taille des bassins varie entre 10 et 5000 m² et le plus grand atteint les mêmes dimensions que 60 stades de football réunis !

Ces bassins contiennent également des nutriments nécessaires au bon développement de ces organismes.

Des roues à aubes motrices, semblables aux turbines propulsant les bateaux sur le Mississippi, sont généralement ajoutés. Elles assurent une bonne agitation du milieu de culture, évitent la sédimentation et font également en sorte que les microalgues qui se trouvent sur le dessus ne captent pas toute la lumière à leurs collègues du dessous…. Qui du coup n’auraient plus grand-chose à se mettre sous la dent.

Les photobioréacteurs

Outre les bassins on trouve également des microalgues fabriquées dans des contenants transparents où les différents paramètres de culture peuvent être contrôlés de façons très précises pour optimiser le développement au maximum : la température, le pH, la concentration des nutriments.

6

Ces PBR (photobioréacteurs) sont ensuite exposés soit au soleil, sur des toits, soit à de la lumières artificielle pour recréer toutes les conditions nécessaires au bon développement de ces microorganismes tout en assurant leur qualité et non contamination par des éléments extérieurs.

Les applications et débouchées des micro-algues sont nombreuses et rares sont les procédés de fabrication qui nécessitent aussi peu d’énergie non renouvelables et autres produits chimiques.

Mentions Légales